ROGET ATHENA                                                               SONITA

1ère ES1

 

 

 

      Le film « SONITA », de ROKHSAREH GHAEM MAGHAMI, nous amène à nous demander : en quoi la société en Iran et en Afghanistan est-elle traditionnelle ?

 

       Tout d’abord, les familles sont dirigées par un chef de famille. Il peut être un homme mais aussi une femme comme dans le cas de la mère de SONITA qui a une autorité sur sa fille. Il prend des décisions pour tous les membres de la famille et ceux-ci ne peuvent pas le contredire. En effet, dans ce type de société, l’individu ne s’appartient pas, il appartient à un clan. La conscience collective est très prégnante, les normes et les valeurs s’imposent à tous. Ainsi, il faut suivre les traditions, les coutumes, sinon c’est tout l’ordre social qui est remis en cause.

       Ensuite, la place des femmes dans la société n’est pas égale à celle des hommes. En effet, dès la naissance, une fille n’est quasiment pas reconnue par sa famille car elle appartiendra à celle de son futur mari, elle ne recevra aucun héritage, même si elle est l’aînée de la famille.D’autre part,elles n’ont également pas le droit de faire de la musique. Plus tard, à l’adolescence, elles sont échangées contre une dot que le futur conjoint doit verser pour obtenir le droit de se marier. Le mari peut être beaucoup plus âgé, avoir le double de son âge, voire plus. De plus, comme le dénonce SONITA dans son clip, beaucoup de femmes subissent des violences conjugales chaque jour, elles n’ont aucun recours en justice, c’est considéré comme normal.

      Enfin, ne pas respecter les règles, les coutumes, entraîne une justice répressive immédiate, c’est-à-dire que si quelqu’un contredit une coutume ou ne respecte pas un des codes sociaux il est alors puni violemment, son acte est considéré comme une remise en cause de sa famille et de sa société. Par exemple, lorsque SONITA refuse de se marier, elle remet en cause tout l’avenir de sa famille, son frère ne pourra pas se marier non plus, c’est toute la famille qui est menacée. Il faut tout faire pour ramener l’ordre social, une pression sociale sans limite s’applique sur chaque individu, particulièrement sur les femmes afghanes et iraniennes.

 

      Ainsi,  la société traditionnelle afghane et iranienne se définit par la présence d’un chef auquel les membres de la famille doivent obéir, les femmes sont considérées comme inférieures et donc doivent se soumettre, et par un respect des coutumes implacable. Toutefois, la présence de services sociaux en Iran qui cherchent à éduquer les immigrants, montre que des questions sur l’identité peuvent faire émerger des choix individuels et provoquer des remises en cause de l’ordre social ancien, les individus de cette société peuvent lui permettre d’évoluer.

 

ROGET ATHENA                                                              

 1ère ES1 Lycée du BUGEY BELLEY