LOREN SUBIT                                                                                         LES OUBLIES

 1°ES1

 

 

     Le film Les Oubliés, écrit et réalisé par le germano-danois MARTIN ZANDVLIET en 2015, nous questionne : la capitulation permet-elle de clore définitivement la guerre ?

 

      Tout d'abord, la capitulation permet de clore les affrontements d'une guerre. Cependant, de nombreux prisonniers de guerre ont des difficultés pour rentrer chez eux. Le pays gagnant peut chercher à les utiliser pour réparer des dommages causés par la guerre. Les conditions dans lesquelles ces prisonniers vivent vont à l’encontre de règles humaines. Suite à la seconde guerre mondiale, de nombreux prisonniers de guerre ont été retenus pour déminer les plages du Danemark. Chaque instant de leur vie s'est transformé en un enfer, ils peuvent mourir à tout instant. Les conditions de vie de ces prisonniers ainsi que leur mission restent similaires à celles de la guerre.

     Ensuite, la guerre change à la fois les habitudes, et les valeurs des soldats mais également des civils. Pendant la guerre, les soldats des différents pays sont des ennemis à abattre sans aucun remord, la haine accumulée pendant la guerre touche aussi bien les femmes et les hommes. Cette transgression reste malheureusement après la guerre malgré la capitulation. Dans les Oubliés, les prisonniers allemandsmangent par mégarde de la mort au rat, et on voit une femme en rire. Le meurtre qui est un  interdit devient le mot d'ordre pendant la guerre, mais  il est difficile de le désapprendre malgré la fin de cette guerre.

     Enfin, malgré la capitulation, les soldats et les civils vont garder de nombreuses séquelles. Certains sont mutilés comme les Gueules Cassées de la première guerre mondiale, ou WILHELM dans le film Les Oubliés. Tous sont touchés psychologiquement, à la fois par les images qu'ils ont vues, mais également par les actes qu'ils ont commis. Marqués à jamais, ils devront vivre avec, ce qui peut mener certains au suicide.

      Donc, malgré la reddition, la guerre n'est pas réellement finie, elle se poursuit physiquement, mentalement, ainsi que dans les façons de penser à jamais changées. Les perdants, prisonniers en terre ennemie sont ici sacrifiés, ils vont continuer de subir, comme hors du temps et des lois, le massacre continue, la paix les a oubliés.