ATHENA ROGET                                                                            Les Oubliés

 1ère ES1

 

 

 

      Le film Les Oubliés de MARTIN ZANDVLIET  nous amène à nous demander : comment la guerre déshumanise-t-elle les individus ?

 

            Tout d’abord, certaines armes utilisées durant la guerre n’ont plus seulement pour but de tuer les ennemis mais de terroriser afin de mieux dominer. Ainsi, un des soldats allemands est amputé des deux bras par l’explosion d’une mine. Pendant la seconde guerre mondiale, les nazis ont posé des mines afin de protéger le Nord de l’Europe pour empêcher un débarquement. Cependant ce sont les civils qui ont été les plus touchés par les explosions de celles-ci. Au XXème siècle, ce ne sont plus seulement les soldats qui sont les cibles d’attaques mais également les civils. Ainsi on a pu constater la présence de mines dans des jouets   d'enfants.

            Ensuite, la guerre peut pousser les individus à la haine des ennemis quitte à ne plus les considérer comme des êtres humains. Ainsi, quand une femme danoise apprend que les soldats allemands, affamés, ont mangé de la mort aux rats, elle en rit. La guerre change même les valeurs fondamentales d’une société. En effet, en situation de paix, tuer un homme est un crime qui est sévèrement puni par la loi mais en situation de guerre, les hommes reçoivent l’ordre de tuer et cela devient alors une banalité. La vie des hommes perd toute valeur.

            De plus, ces jeunes soldats sont amenés sur les plages du Danemark pour une seule raison : déminer. Étant allemands, ils sont considérés comme responsables, leurs vies n’ont pas de valeur aux yeux des vainqueurs. Ils sont retenus prisonniers alors que l' Allemagne a capitulé. En plus du travail forcé, difficile, qu’ils effectuent, ils sont mal nourris voire pas du tout au départ. Cela montre qu’ils pourraient tout aussi bien mourir, personne n'y prêterait attention. Cette manière de traiter ces soldats est d’ailleurs contraire aux droits des prisonniers de guerre établis en 1929, puis 1949, par l’accord de Genève.

            Aussi, les vaincus de la guerre sont souvent sujets à des humiliations venant des vainqueurs. On peut ainsi voir des sergents uriner sur un jeune allemand et l’humilier avec des excréments devant le reste des soldats. Le vainqueur impose ainsi sa domination sur le vaincu la pression du groupe fait que personne n’intervient. Ces militaires ne reconnaissent aucune humanité en leurs ennemis.

 

            La guerre provoque une déshumanisation des individus, par l’utilisation d' armes de plus en plus sophistiquées, la banalisation de la mort, la façon dont sont traités les prisonniers qui continuent de subir les humiliations pendant et après la guerre. Toutefois, ce film relativise cette déshumanisation par le biais de quelques scènes d'espoir où les personnages affirment leur humanité, que ce soit les jeunes soldats ou le commandant qui au départ montrait de la haine envers les Allemands.